Return to site

Anne Bert et la mort libre et aidée médicalement

ANNE BERT A LE COURAGE DE MEDIATISER SA MORT CONSECUTIVE A SA MALADIE ET SES SOUFFRANCES :

Elle va aller mourir en Belgique avec un suicide assisté médicalisé (ou euthanasie) permis dans ces pays du Benelux, contrairement à la France qui l’interdit.

ELLE VOUDRAIT COMME NOUS QUE LA LOI CHANGE EN FRANCE

POUR PERMETTRE LA MORT DOUCE ET ACCOMPAGNÉE, CHOISIE, CHEZ SOI,

avec suicide assisté médicalisé (le médecin ne doit que faire l’ordonnance du médicament que la personne prendra seule)

ou euthanasie (même principe de mort sur la demande express et répétée de l’intéressé, mais s’il ne peut pas prendre seul le produit, le médecin pourra l’injecter)

SANS ÊTRE OBLIGÉ DE PARTIR AILLEURS, BENELUX OU SUISSE POUR L’EUROPE

ACTUELLEMENT, COÛT IMPORTANT DONC

MORT DOUCE ET ACCOMPAGNÉE RÉSERVÉE AUX PLUS RICHES…

Que dire ?

Merci pour ce militantisme pour que d’autres n’aient pas à souffrir comme elle de vivre une maladie très invalidante et douloureuse, par imposition de la part de médecins qui ne sont pas à l’écoute et ne respectent pas la volonté de l’usager.

Médecins soutenus par la loi actuelle qui leur interdit d’aider à mourir, même si la personne le veut absolument et que ses souffrances incurables justifient son choix.

Des médecins élevés dans une technique inhumaine, pour que les gens ne meurent pas, comme si cela était possible ! et qui leur interdit le respect de leurs clients-usagers de la médecine publique.

Nous, AAVIVRE … sa fin de vie,

DEMANDONS SEULEMENT LA MODIFICATION DE CES TROIS LOIS

POUR LE RESPECT DES PERSONNES :

  1. CELLE DE LA SANTÉ QUI DEVRAIT PERMETTRE LE RESPECT DES DIRECTIVES ANTICIPÉES DES USAGERS, y compris dans leur désir de mort assistée médicalement en cas de souffrances incurables, morales et/ou physiques

  • CELLE DE LA NON ASSISTANCE À PERSONNE EN DANGER qui présuppose que la mort est un danger pour tous, et jamais une délivrance, ce qui est pourtant en réalité en cas de souffrances incurables et demande d’aide à mourir

  • CELLE QUI INTERDIT DE FAIT LA DIVULGATION DE LA CONNAISSANCE DE CE QU’IL FAUT SAVOIR POUR SE SUICIDER SANS AIDE MÉDICALE, ET SANS SOUFFRIR :

    Loi contre « la publicité » pour le suicide 1982:

    Il ne s’agit évidemment pas de prôner le suicide comme le modèle de mort idéale, même si certains le pensent (philosophie grecque ancienne qui revient au goût du jour).

    On a le droit de penser ainsi et aussi le droit de penser le contraire.

    Il s’agit pour celui ou celle qui veut mourir en douceur et selon son choix de pouvoir se renseigner sur les moyens possibles à sa disposition, sans passer par la case « médecine publique ».

    Cette loi fait double emploi avec les lois contre les harcèlements de tout genre, car nul ne peut pousser quelqu’un au suicide sans harcèlement :

    on sait que pour tous, vivre est le premier réflexe, même dans des conditions déplorables. Cette loi devrait être supprimée.

  • All Posts
    ×

    Almost done…

    We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

    OKSubscriptions powered by Strikingly