Return to site

même Alliance Vita se range aux directives anticipées nécessaires pour la fin de la vie, pour nos médecins, soins palliatifs spécialisés ou pas

Nous saluons la démarche de Alliance Vita , profondément opposée à toute idée de mort volontaire comme on le sait, pour raisons de croyance.

Ils ont compris que cela n’empêche pas ceux qui partagent leur point de vue de préciser un certain nombre de choses par rapport à leur fin de vie, dans leurs directives anticipées, soutenues si possible par une personne de confiance bien choisie.

«C'est la loi Léonetti de 2005», rappelle Emmanuelle Manac'h, Alliance Vita,

«toute personne majeure peut rédiger des DIRECTIVES ANTICIPÉES pour le cas où elle serait un jour hors d'état d'exprimer sa volonté,

POUR CHOISIR COMMENT FINIR SA VIE, chez elle, dans un hôpital, une maison de retraite»

et aussi et surtout :

DÉCIDER DES SOINS, TRAITEMENTS QU’ELLE ACCEPTERA OU NON EN FIN DE VIE :

  • machines qui prolongent la vie (alimentation, hydratation, oxygénation artificielles, etc. :

    refus à partir de quel moment ? Entrée en agonie, ou plus tôt ? )

  • sédation partielle ou continue pour éviter les souffrances morales et physiques de la fin de vie :

    préciser vos limites : pas forcément suite à l’entrée en agonie, ce peut être plus tôt

  • demande d’assistance à une mort volontaire :

    • jusque là interdite aux médecins mais demain ?

    l’ancienneté et la répétition de vos directives prouve votre philosophie de vie, favorable ou défavorable à la mort volontaire :

    vos directives sont valables tant que vous ne les modifiez pas,

    mais nous vous conseillons de les revoir régulièrement même si vous n’y changez rien, et de les dater et signer chaque fois, pour prouver que vous ne changez pas d’avis.

« Une loi qui a été renforcée en 2016, puisque désormais, ces directives peuvent être opposables aux médecins, »

FAUX : non, CES DIRECTIVES NE SONT PAS OPPOSABLES

(aucune obligation légale de les suivre)

certes, le médecin DOIT les suivre

  • SAUF en URGENCE (vous avez écrit : pas de réanimation autre que manuelle, tant pis, on vous réanime d’abord !!! )

  • SAUF si elles ne lui paraissent pas convenables…

dans ce cas certes, il devrait signifier son refus par écrit, pas d’autre obligation !

Evidemment la décision médicale est prise avec son équipe (le mot « collège » est parfaitement inapproprié : rien à voir avec un vrai collège de justice), mais on ne prévoit même pas le recours à une autre équipe médicale (toujours possible)

Donc la porte reste ouverte à tous les médecins qui ne se préoccupent pas de la conscience et de la volonté de leurs patients et imposent leurs choix de vie et de « mourir ».

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly