Return to site

mort volontaire/ HYPOCRISIE FRANCAISE

pourquoi ce choix des invités, déjà biaisé ?

  • 1 député pour, encore heureux !

  • 3 contre : 1 psy, 1 député, 1 biologiste, mais pas de malades, ceux qui sont concernés !

    des soi-disant « experts » en médecine, en psy, …

  • dommage: cessons de parler d'une dignité qui n'est pas la même pour tous:

    vie donnée par Dieu, je n'ai pas le droit de me suicider!

    ou bien je suis responsable de ma vie, personne n'a raison, et personne n'a tort:

    ces deux façons de penser la vie existent depuis des millénaires, pourquoi les uns imposeraient-ils leur point de vue aux autres ?

    La loi que nous demandons est une loi de liberté:

    justement ne pas imposer à personne un choix plutôt qu'un autre, que celui ou celle qui veut vivre au maximum le fasse et que celui ou celle qui veut mourir plus vite

    il ne s'agit pas de "dignité" mais de respect de l'humain au sein de la médecine publique française, il s'agit de faire cesser le pouvoir médical qui se prend pour Dieu, et veut décider à notre place quant à notre vie et nos souffrances.

    pourquoi dire que la faiblesse liée à la maladie ou la vieillesse permettrait-elle aux autres de décider de notre vie à notre place?

    pourquoi parler de vulnérabilité et vouloir nous mettre sous tutelle?

    sans tenir compte de nous mêmes? La faiblesse physique ne donne pas aux autres le droit de penser à notre place quant à notre vie.

    Honte de cette comparaison de deux malades qui nie la liberté de choix de chacun:

    c'est normal que certains veuillent poursuivre au maximum et pas les autres, dans le même état de santé vu de l'extérieur. Respectons les deux points de vue.

    Marie de Hennezel et les bisounours...

    avoir un droit ne veut pas dire l'exercer !

    Elle nous dit qu'on peut se suicider, mais en douceur, c'est faux: la plupart des médicaments le permettant sont interdits.

    Alors elle veut nous obliger à utiliser les armes à feu ou d'autres morts violentes.

    Quelle douceur ! Quelle empathie !

    Mais on sait que sa religion interdit l’idée même de suicide…

    Elle dévie la conversation en parlant de ces EHPAD où la vie est difficile. ce n'est pas le sujet.

    Comité d’éthique avec M Ameisen :

    • droit de refuser tout soin autre que anti-douleur

    • obligation des médecins de soulager les souffrances morales et physiques ? Y compris par sédation continue.

    • Pour le moment refus d’aller plus loin.

    ON MENACE … soi-disant par peur des pressions sur des personnes « vulnérables » pour les pousser au suicide…

    mais c’est idiot !

    l’expérience de nombreux pays qui ont autorisé l’euthanasie ou suicide assisté, montre aucune augmentation du nombre de suicides.

    • N’oublions pas que ces médecins qui sont opposés à la liberté de choix craignent d’abord pour leur porte-monnaie, appuyés par l’industrie pharmaceutique

  • les fins de vie rapportent beaucoup d’argent à ceux là et d’autres : propriétaires d’EHPAD

  • N’oublions pas que ces médecins hospitaliers passent chaque jour 1 à 2 minutes maximum avec leur malade, donc les ignorent en réalité.

  • N’oublions pas que nos médecins n’écoutent pas leurs « clients », car il s’agit bien de cela : les malades paient leurs soins par la sécurité sociale, sinon directement.

  • M Ameisen dit que le rdv pris en Suisse par exemple, le malade n’ose pas renoncer : c’est faux.

    Un certain nombre de personnes candidates au suicide renoncent à aller au rdv pris. C’est une réalité que j’ai vécue.

    All Posts
    ×

    Almost done…

    We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

    OKSubscriptions powered by Strikingly