Return to site

témoignage de souffrances en fin de vie mais informations fausses: c'est grave!

QUE DE FAUSSES INFORMATIONS ! C’EST GRAVE…

L'euthanasie (mort aidée par un médecin à la demande réitérée d’une personne en grandes souffrances incurables) est possible en Belgique, interdite en Suisse.

Les demandes peuvent être refusées, ne l’oubliez pas, ce n’est pas automatique…

En Belgique, il faut être suivi depuis au moins 6 mois par un médecin belge, mais on est couvert par la sécu comme dans les pays étrangers européens

En Suisse, il faut compter 10000€ pour aide au suicide et crémation, plus frais de séjours pour 2 personnes au moins (l'intéressé et sa personne de confiance) pendant 4 jours au moins, le temps des visites médicales obligatoires pour avoir réponse positive à sa demande.

La seule solution qui lui reste est le suicide: bien évidemment !

en Suisse aussi c'est un suicide,même s'il est aidé dans ce sens que vous êtes accompagné par un médecin qui vous donne les drogues nécessaires pour une mort douce et rapide.

Mais tout le monde peut connaître facilement tout moyen de se suicider par médicaments ou autres méthodes « douces » : lisez les journaux !

l'admd n'a pas aidé cette personne???

Pourquoi ? Écoute insuffisante ? Mise devant la réalité ?

CETTE PERSONNE A-T-ELLE ÉCRIT DANS SES DIRECTIVES ANTICIPÉES qu’elle refuse tout soin autre que ceux destinés à soulager ses souffrances, qu’elle refuse toutes machines et soins, traitements qui prolongeraient sa vie, et qu’elle demande une sédation continue pour ne pas souffrir de l’agonie ? Je ne le sais pas.

Mais si elle "s'accroche" comme elle le dit,

c'est qu'elle est encore partagée entre le désir de mourir, et le refus du suicide, incompatibles !

Nul n’y peut rien…

C’est que ses enfants ne veulent pas qu’elle anticipe sa mort ? puisqu’elle dit continuer pour ses enfants… que je suppose adultes responsables, vu son âge ?

ma mère aussi voulait mourir mais pas se suicider, alors, pas de solution! elle priait le ciel pour mourir plus vite, mais aucun résultat...elle voulait rejoindre son mari au cimetière, elle a attendu 7 ans…

IL FAUT ÊTRE LOGIQUE ET METTRE LES MOTS JUSTES SUR LES FAITS:

  • si on veut mourir mais pas se suicider, et que la vie continue,

    la seule alternative possible est de continuer à vivre, et je vous le souhaite, du mieux possible…

  • mais on a le droit de refuser toutes médications, tous soins autres que ceux destinés à soulager les souffrances,

  • on peut aussi se laisser mourir de faim si on veut vraiment mourir…forme de suicide aussi…

SI ON REFUSE LE SUICIDE, OU MORT VOLONTAIRE, COMMENT MOURIR LORSQUE LA VIE CONTINUE ? IMPOSSIBLE…

NE PAS OUBLIER QUE L’EUTHANASIE EST UNE FORME DE SUICIDE : suicide accompagné certes, mais mort due à la volonté de la personne concernée et à nul autre.

LE SUICIDE OU MORT VOLONTAIRE N’EST PAS FORCÉMENT LIÉ À UNE MALADIE MENTALE, À UNE DÉPRESSION,

IL CORRESPOND À LA PHILOSOPHIE DE VIE STOICIENNE QUE CHACUN PEUT ADOPTER DANS SA VIE et surtout en fin de vie :

préférer la mort à une souffrance incurable, c’est un choix de vie que peu de gesn font, il faut le reconnaître.

CE QUI N’EMPÊCHE PAS QUE NOS LOIS DEVRAIENT LE PERMETTRE,

ET AIDER CES PERSONNES COMME LES AUTRES,

donc permettre une aide médicale à la mort, selon les volontés de chacun, toutes différentes.

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly