Return to site

un anglais demande de l'aide pour mourir

Angleterre ou France… et ailleurs….

Pourquoi ce refus de la mort ?

Pourquoi cette obstination à faire vivre quelqu'un qui ne le veut plus ? Avec de la ventilation dit-on… c'est-à-dire qu'il ne peut respirer donc vivre sans assistance…

« Diagnostiqué en 2014, Noel Conway, 67 ans, est atteint d’une maladie neuronale dégénérative au stade terminale. Il lui avait été annoncé une espérance de vie de moins d’un an. Branché 20 heures par jour sur un ventilateur non invasif, il dit se sentir « enterré » au fur et à mesure que sa condition se détériore. Il a ainsi décidé de mettre fin à ses jours et réclame à l’Etat anglais le droit de recourir à un suicide assisté. »

« Maitre Gordon, l’avocat de Mr Conway et la campagne anglaise « Dignity in dying[1] », voudraient faire pression pour que l’Etat autorise le suicide médical assisté pour les personnes majeures manifestant une volonté claire et établie de mourir, s’il leur reste moins de six mois à vivre. Pour « éviter les dérives », ils proposent que deux médecins et un juge se prononcent pour autoriser le suicide assisté.

Parmi les partisans de l’ouverture légale du suicide assisté, certains avancent que la mort serait une affaire privée et que si l’on pique les animaux de compagnie par pitié pour leurs souffrances, les mêmes modalités devraient pouvoir être offertes au genre humain. »

Comme d'habitude ce site est opposé à toute idée de « mort assistée » réglementée (pourquoi ne pas dire « accompagnée »?, puisqu'il s'agit de la volonté de la personne et pas de quelqu'un d'autre, ils ne demandent qu'un accompagnement : fournir le ou les médicaments adéquats et ne pas rester seul : ils sont encore capables de se suicider)

Ils relèvent :

« Dans une tribune du Guardian, Jamie Hale, poète et handicapé, réagit à la demande de Noel Conway :

« J’ai une grande empathie pour sa peur de perdre sa dignité et son désir d’éviter la souffrance ou une mort par suffocation. Cependant, la légalisation du suicide assisté est un dangereux moyen d’atteindre ces buts ».

Nous ne sommes évidemment pas d'accord : seule la loi permet à des médecins d'aider leur malade sans être inquiétés par la Justice. C'est le cas au Benelux.

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly