Avoir un vrai jumeau, un avantage pour sa santé

Avoir un vrai jumeau, un avantage pour sa santé

29 septembre 2020 0 Par Sarah

Si les mythes autour des jumeaux ont toujours existé, certaines femmes enceintes craignent cette éventualité en raison des multiples risques d’une telle grossesse. Pour ne citer que le risque d’accouchement prématuré ou le risque d’accroitre la probabilité d’un retard de croissance utérin ou du développement de malformations. Toutefois, avoir des jumeaux peut aussi présenter des avantages pour eux et leur santé plus tard.

Vrais ou faux jumeaux ?

La notion de « vrais jumeaux » telle qu’on l’utilise au quotidien correspond au terme plus scientifique de « jumeaux monozygotes ». Le terme « zygote » provient du grec qui signifie oeuf. Des vrais jumeaux – ou de vraies jumelles – sont donc ceux qui se sont développés dans le même placenta mais pas nécessairement dans une seule poche amniotique. Ils ont la particularité de partager le même patrimoine génétique héréditaire.

Par opposition, les faux jumeaux – bien que provenant d’une grossesse unique également – ont grandi dans deux placentas séparés, les deux spermatozoïdes ayant fécondé deux ovules différents. On parle alors de jumeaux dizygotes. Si une paire de jumeaux monozygotes auront toujours le même sexe, les jumeaux dizygotes ne sont pas nécessairement de sexes opposés.

Pour les grossesses multiples supérieures à deux fœtus (triplés, quadruplés), plus le nombre de fœtus est élevé plus il est rare – voire impossible – qu’ils soient monozygotes. Mais qu’on se rassure, ces naissances multiples et parfois extraordinaires sont généralement le fruit d’un recours à une méthode de procréation médicalement assistée.

Voir ici pour plus d’informations !

Réaliser un test ADN pour jumeaux pour répondre à cette question

Certains tests permettront d’établir dès le début de la grossesse gémellaire s’il s’agit de vrais ou faux jumeaux. En effet, dès les premières échographies, le gynécologue pourra établir le nombre de placentas et le nombre de poches amniotiques. De ces constatations – qui peuvent être faites dès l’échographie de la 12ème semaine d’aménorrhée – certains postulats peuvent être émis selon les hypothèses suivantes :

    • Un seul placenta et une ou deux poches amniotiques indiquent la présence de vrais jumeaux ;
    • Deux placentas, deux poches amniotiques et des fœtus de sexes opposés prouvent la présence de faux jumeaux ;
    • S’il y a deux placentas, deux poches amniotiques mais des fœtus de même sexe, il faudra réaliser des examens approfondis à la naissance afin de déterminer s’il s’agit de vrais ou faux jumeaux.

Dans cette dernière hypothèse, il faudra alors procéder à une analyse des marques génétiques des enfants. On parle alors d’un test de gémellité qui consiste à établir par le biais d’un test adn jumeaux si les bébés sont ou non monozygotes. Ce test peut, par ailleurs, s’effectuer dès la naissance des jumeaux. Pour ce faire, il suffira de récupérer un échantillon d’ADN, rassurez-vous, elle n’est donc pas douloureuse pour les enfants.

Le test de gémellité au service de préoccupations médicales

Si le test adn jumeaux peut être réalisé uniquement à des fins récréatives ou pour des raisons de curiosité des parents ou des jumeaux eux-mêmes, il peut avoir une réelle utilité pour la santé d’un jumeau.

En effet, en termes de greffe ou don de sang par exemple, le fait d’être de vrais jumeaux multiplie les possibilités d’être compatibles et dans le cas de greffe, que la greffe soit bien reçue par le receveur. Une grande nouveauté est notamment survenue en termes de greffe de peau. Seuls les vrais jumeaux peuvent faire un don de peau, de leur vivant, et uniquement en faveur de leur jumeau homozygote.

Ainsi, être de vrais jumeaux homozygotes ne consiste pas uniquement à se ressembler comme deux gouttes d’eau. Cette identité leur facilitera, en cas de problèmes de santé, l’accès à certaines procédures médicales longues (compte tenu par exemple des longues listes d’attente pour les greffes).